Rédigés entre la fin du XIIe et le début du XIVe siècle, les fabliaux appartiennent à un genre littéraire dont les contours sont difficiles à cerner précisément. Si tous content de petites histoires à rire rédigées en vers, les thèmes qui y sont abordés sont variés, de même que leur longueur ou le style dans lequel ils sont rédigés diffèrent énormément de l’un à l’autre.

Raillant tour à tour les vilains, les ecclésiastiques ou la noblesse, ils ne révèlent cependant pas forcément d’esprit réellement contestataire. Souvent terminés par une morale, ils ne se veulent toutefois pas véritablement moralisateurs.

Toujours ancrés dans la vie quotidienne de leur époque, ils décrivent les petits travers des hommes et des femmes de toutes les classes sociales, s’amusent de la gourmandise ou de la paresse des uns, jouent de la malhonnêteté ou de la stupidité des autres, et aiment à mettre en scène les voleurs, les cupides ou les adultères.

Si certains sont de véritables petits chefs d’œuvre, révélant une structure théâtrale pleine de rebondissements, d’autres se complaisent dans le vocable le plus cru, mais tous amusaient leurs auditeurs, des plus riches aux plus pauvres, des plus campagnards aux plus urbains et des plus doctes aux moins cultivés...

Contact - Galerie - Agenda - Espace Pro - Presse - Qui sommes-nous ?

accueil