UN ESPRIT SAIN DANS UN CORPS SAIN

Deux personnages du milieu du XVIe siècle exposent leur savoir humaniste, organisé autour de cet aphorisme du poète latin Juvénal, placé au cœur des préoccupations de la Renaissance : « un esprit sain dans un corps sain ».

Poète et savant fantasque, François de la Roche du Bois de l'Adret accueille le public avec enthousiasme, ravi d'évoquer son ami Rabelais (récemment décédé), et c'est avec l'œuvre de celui-ci comme filigrane qu'il décrit la pensée humaniste. A travers la lettre de Gargantua à Pantagruel, il rappelle qu'une parfaite éducation humaniste doit se baser sur l'étude des textes antiques, sans toutefois négliger les sciences et les arts. Il insiste plus particulièrement sur l'importance de la musique et de la littérature, n'hésitant pas à jouer des mélodies de son siècle sur ses instruments et à entonner quelques chansons, et cite abondamment Erasme, Ronsard, Clément Marot, Louise Labé ou Du Bellay pour mieux illustrer son propos.

Sœur de François, Gabrielle de la Roche du Bois de l'Adret en est aussi, bien malgré elle, la gouvernante. Ayant elle-même reçu une parfaite éducation humaniste, elle insiste plus volontiers sur l'importance du corps, que la Renaissance contribue à réhabiliter en replaçant l'homme au centre de  la Création. Elle rappelle les règles d'une bonne hygiène (quelque peu différente de celle des siècles précédents), expose les recettes cosmétiques destinées à magnifier la beauté, et révèle les grands principes de la médecine de la Renaissance, essentiellement basée sur les théories du grand Hippocrate, sans oublier d'évoquer la chirurgie, marquée en ce milieu du XVIe siècle par les travaux d'Ambroise Paré.

(Nos costumes Renaissance ont été récompensés lors du Festival des Professionnels du Spectacle Historique « Fous d'Histoire » de Pontoise par un prix « Coup de Cœur » en novembre 2012)

 

Contact - Galerie - Agenda - Espace Pro - Presse - Qui sommes-nous ?

accueil